Cachet Jia Qing Yu Shang

Cachet de forme carrée en néphrite céladon, surmonté d'un dragon parmi les nuages. Au revers, l’inscription en Zhuanshu « 嘉慶御賞 » (Jia qing yu shang).
Hauteur : 4,8 cm Largeur : 4,1 cm
Chine, époque Jiaqing (1760-1820)

Durant la dynastie Qing, excepté les sceaux de l’état, les cachets impériaux les plus nombreux sont ceux pour le divertissement spirituel. Les empereurs Kangxi, Yongzheng, Qianlong et Jiaqing possèdent le plus de cachets en nombre et en qualité. Ce cachet «Jia qing yu shang » est un cachet Nianhao qui est le genre le plus important des cachets de divertissement spirituel.

A la dynastie Qing, quand un prince devient l’empereur, il nomme son règne avec deux caractères qui signifie une devise ou un slogan impérial. Ainsi, Jiaqing est le nianhao du cinquième empereur de la dynastie Qing, Aisin Gioro Yongyan(1760-1820). Comme tous les empereurs de cette dynastie, dès qu’il est monté sur le trône, il commande un ensemble de cachets en divers matériaux qui portent son Nianhao, tels que « Ecriture impériale de … » «Appréciation impériale de… » «Lecture impériale de…» etc. A la différence de sceaux de l’état, les cachets Nianhao ne peuvent se transmettre aux successeurs.

Ce cachet «Jia qing yu shang » est censé être utilisé sur les peintures ou calligraphies appréciées par l’empereur Jiaqing. Il est noté dans le livre « Qing dai di hou xi yin pu » qui a répertorié tous les cachets impériaux de la dynastie Qing. En regardant et touchant la superbe sculpture et la belle néphrite céladon du cachet, nous nous rapprochons de l’esprit de cet empereur marquant du 19e siècle.

copyright©Cabinet Portier