LIN Fengmian (1900-1991)

né en chine, sous la dynastie Qing, à Merxian, dans la province du Guangdong, est l’un des plus illustres artistes, éducateurs et théoriciens de l’art du 20e siècle de Chine.
Il vient d’une famille de tailleurs de pierre, il a commencé à peindre quand il n’avait que cinq ans. Il a perdu sa mère quand il avait sept ans, à 15 ans, il réussit son examen d'entrée à l'école provinciale de Meizhou. Il est l'un des premiers artistes chinois à étudier en France de 1918 à 1925, à Dijon d’abord et à Paris ensuite. A son retour en Chine, il occupa plusieurs postes importants dans le circuit académique officiel. En tant que président de l'Académie nationale des Arts de Pékin et directeur de l'Académie des Arts de Hangzhou.

Pendant environ 80 ans de créations artistiques, LIN Fengmian a acquis une notoriété nationale quand il était jeune, il a aussi vécu les périodes les plus cruelles, telle que d’aout 1968 à décembre 1972, il a été mis en prison et maltraité. Il a eu sa gloire internationale pendant les dernières années de sa vie. Qu’importe les aléas de la vie, LIN Fengmian reste fidele à ses principes qu’il a annoncé à 36 ans : aimer la nature, s’éloigner de l’argent et de la célébrité, être observateur, travailler diligemment : être un vrai artiste.
En voulant être différent des autres peintres célèbres chinois du 20e siècle, comme QI Baishi, XU Beihong, HUANG Binhong, LIN Fengmian a cherché à créer un style complètement différent de la peinture traditionnelle chinoise et de la peinture occidentale moderne. Il a cherché la fusion parfaite de ces deux genres des arts. Il a choisi le chemin le plus difficile et il a réussi. C’est peut-être pour cela que les rares grands peintres chinois modernes connus internationalement, tels que Zao Wou-Ki, Wu Guanzhong et Chu Teh-Chun sont tous des élèves de LIN Fengmian.

La plupart de ses peintures sont en forme carré qui est une composition qui n’existe quasiment pas dans la peinture chinoise ; il utilise souvent la perspective à la ligne de fuite comme dans la peinture occidentale; il abandonne le principe : « l’harmonie de calligraphie, peinture, poèmes et cachet » qui est le principe le plus importante de la peinture chinoise depuis le 13e siècle et laissé une signature simple sur un coin de sa peinture ; il emploie le clair-obscur de l’huile sur toile sur les papiers de riz.
Parmi les sujets divers des œuvres de LIN Fengmian, le plus représentatif est sans doute le sujet des opéras chinois. A 28ans, pendant une importante conférence, il a durement critiqué les opéras chinois : « Les opéras chinois sont un divertissement inférieur, on doit les détruire ! » Cependant, après plus que 20ans, LIN Fengmian est régulièrement allé aux théâtres de Shanghai pour voir les opéras chinois. Il est toujours accompagné par des amis ou élèves. Au départ, c’était à cause de divertissement restreint sous le régime communiste, mais en tant qu’un artiste de génie, LIN Fengmian a trouvé une façon magnifique pour fusionner l’art chinois et l’art occidental.

Quand il a regardé les opéras, il a dessiné sur son cahier les masques, les costumes et les accessoires et noté les couleurs et caractères en anglais. Comme il a écrit à son élève en 1951 : « les opéras traditionnels ne se divisent pas par actes, le temps et l’espace ne font qu’un. Ca ressemble aux œuvres de Picasso où il a plié et recollé des objets sur la même surface. Je peins avec le même principe, je plie et recolle les histoires et les personnages sur la même peinture, pour obtenir le mouvement successif. »

Dans cette peinture qui représente la scène la plus connus de Pavillon aux pivoines, l’arrière-plan est vide, les costumes sont abstraits comme des formes géométriques, les motifs délicats et complexes de vêtement sont dessinés comme des croix. L’artiste a unifié les premiers plans et les plans éloignés, les deux personnages, DU Liniang et sa servante CHUN Xiang sont comme des papiers découpés collés sur la toile : l’influence du « collage » du Cubisme est si présent dans une peinture chinoise.
Grace à sa création incroyable, les spectateurs chanceux d’aujourd’hui, peuvent sentir réellement la voix, la sensation, le mouvement et la beauté de cette romantique pièce de théâtre qui raconte le plus beau rêve d’amour de l’histoire de la littérature chinoise. Cet artiste de génie, en regardant la scène extrêmement chargée et richement décorée des opéras chinois, a choisi les éléments les plus significatifs, ensuite les abstrait pour créer une œuvre sublime. Comme dit un proverbe chinois : « C’est la main de l’artiste, mais pas la main de dieu, qui change le fer en or ».

Malheureusement, pendant plus de 80 ans de créations de LIN Fengmian, il n’y a qu’environ 13 ans de création d’huiles sur toiles. En plus, il a été obligé de détruire des milliers de peintures par lui-même avant la révolution culturelle. En conséquence, les huiles sur toile de LIN Fengmian sont extrêmement rares et précieuses, c’est effectivement un honneur de présenter ce trésor aujourd’hui.

1