Robe impériale en Kesi à décor de neuf dragons et douze emblèmes impériaux

Haut.145 cm, Larg. 216 cm
Chine, XVIII siècle

Cette robe impériale en kesi, col rond, quatre fentes, manche-sabot, doublée de soie bleue claire damassée de chrysanthèmes et papillons, est décorée de neuf dragons en fils d’or parmi des nuages stylisés en cinq couleurs. Quatre dragons de face sur le devant, le revers et les épaules ; quatre dragons marchants sur la partie inférieure, dont l’un sur la face interne du revers. Que l’on regarde devant ou par derrière, il y a toujours cinq dragons visibles : cela correspond à l’expression Jiuwu zhizun (élévation du 9 et du 5).

Le système de costumes impériaux et de fonctionnaires de la dynastie Qing est établi plus tard que l’Etat. En 1747, l’empereur Qianlong a déterminé les occasions d’utilisations de trois genres de costumes impériaux : Lifu (costumes de cérémonies importantes) Jifu (costumes de cérémonies) Cangfu (costumes quotidiens) et les quatre couleurs de vêtements impériaux : jaune brillant, bleu nuit, rouge et bleu clair. Cette robe est un Jifu en été, l’empereur le porte pour les cérémonies telles que pour les mariages de princes ou de princesses, fêtes de changements de saisons, banquets de triomphes, etc. Vu que la plupart des Jifu sont décorés de dragons, il est connu par son surnom : robe de dragons. A part les dragons, nuages, pics sacrés, vagues tourbillonnantes et les symboles auspicieux que nous trouvons souvent sur les autres vêtements impériaux, il y a également les douze emblèmes impériaux sur cette robe. La notion de douze emblèmes impériaux établit vers II siècle av. J.-C., ils ont été pour la première fois utilisés sur les vêtements de l’empereur en 60 apr. J.-C. à la dynastie Han. Les douze emblèmes sont le soleil, la lune, l’étoile, la montagne, les dragons, le faisan, le feu, le riz, une paire de vases archaïques, l’algue, la hache et le motif « 亞 » qui symbolisent les douze vertus sacrées de l’empereur. En tant que régime d’une minorité ethnique, le fait que l’empereur Qianlong ait décidé d’intégrer les douze emblèmes au costume impérial est un reflet significatif de la culture du peule majoritaire Han.

La technique principale de cette robe est le Kesi qui existe depuis le VII siècle. C’est une façon de tisser les fils en changeant uniquement ceux verticaux, cette technique est extrêmement difficile à maîtriser. Une robe de femme en Kesi a besoin plus qu’un an de travail, comme dit une expression ancienne : un pouce de textile en Kesi équivaut à un pouce d’or massif. C’est pour cette raison que les meilleurs textiles en Kesi sont devenus exclusivement impériaux à la dynastie Qing.

Le corps de cette robe est entièrement en Kesi, sa technique excellente, ses couleurs splendides, ses décors somptueux correspondent parfaitement au style de l’époque Qianlong, l’âge d’or de l’Empire du Milieu. Traversant plus de deux siècles, malgré les manques et les restaurations, cette robe est encore une œuvre fabuleuse du Département du textile impérial à Suzhou du XVIII siècle.